7 – Mon contrat d’avenir

L’idée, ici, est de vous proposer de réfléchir sur vos besoins et souhaits. Vous pourrez ainsi les inscrire dans les « domaines de la vie » et les comparer avec la réalité du quotidien, vos contraintes. Puis, vous « cartographierez » un itinéraire de vie ponctué d’étapes (objectifs) et de haltes (repos – transition – digestion) nécessaires afin de naviguer dans les eaux tumultueuses de votre vie… et ainsi traverser les océans et autres contrées inconnues.

Après avoir repérer vos souhaits (vos rêves – même les plus « fous »), voici un rappel des besoins nécessaires à chacun de nous :

Les besoins physiologiques sont directement liés à la survie des espèces (manger, boire, dormir, se reproduire). Ce sont typiquement des besoins concrets.

Le besoin de sécurité consiste à se protéger contre les différents éléments qui nous menacent. Il peut s’agir également d’un besoin de conservation d’un acquis. Il s’inscrit dans une dimension temporelle.

Le besoin d’appartenance révèle la dimension sociale de l’individu. Besoin de se sentir accepté par les groupes dans lesquels il vit (famille, ami, école, association, travail…).

Le besoin d’estime prolonge le besoin d’appartenance. L’individu a besoin d’être reconnu en tant qu’entité propre au sein des groupes auxquels il appartient.

Le besoin de s’accomplir. Il vise à sortir d’une condition purement matérielle pour atteindre l’épanouissement.

Le besoin d’éternité, d’immortalité ou tout simplement de temps. C’est un besoin de plus en plus exprimé dans notre société. Commercialement, il se traduit par l’attirance envers les produits promettant le rajeunissement ou de gagner du temps. On constate que cette sixième dimension est occultée pour trois raisons principales : elle n’a pas encore d’existence, elle nous projette dans l’incertain puisque de multiples futurs sont possibles et elle nous conduit à considérer notre propre fin.

Une phase d’analyse permettra de repérer quels sont les besoins à satisfaire (ou pas) et quels sont les besoins satisfaits ou à améliorer…

En parallèle, nous avons dans notre univers plusieurs « domaines de vie » dont voici un résumé :

Professionnel : toutes activités professionnelles mais aussi les temps de déplacements, de trajet, lecture de revues professionnelles, participation à des déjeuners d’affaires… ; être membre du comité d’entreprise, jouer dans l’équipe de foot de l’entreprise…

Personnel : bricoler, jardiner… parce que j’aime, me faire plaisir à ne rien faire, lire, m’occuper de moi, faire du sport pour moi seul…

Couple : flâner avec mon conjoint, partir en WE tous les deux ; faire du sport, des activités ensemble…

Famille et amis : aider les enfants pour leurs devoirs, partir en vacances, faire les courses pour la famille, faire le ménage, passer une soirée avec des amis, en famille, faire des activités en famille et/ou amis…

Sociale : voter, occuper un poste dans une association, militer pour des causes, faire du bénévolat, participer aux réunions parents d’élèves…

Là encore, une phase d’analyse permettra de cartographier les « pleins » et les « vides » sachant que tout est lié et qu’il peut y avoir des effets de vases communicants, les pistes d’action seront en lien avec les souhaits, les besoins de chacun et que le résultat obtenu se mesurera par la sensation d’un équilibre de vie (harmonie) vécue et ressentie par la personne.

Et pour inscrire cela dans la durée, il s’agira enfin de s’autoriser une philosophie de vie en passant avec vous-même un « contrat d’avenir » sur la base de « règles de vie ». Pour cela, vous pouvez vous inspirez de ces cinq propositions :

– « que votre parole soit impeccable » : parler avec authenticité, ne pas médire ou prononcer des paroles que l’on regrette ensuite.

– « n’en faites jamais une affaire personnelle » : accueillir les propos de l’Autre comme un point de vue, une idée que vous partagez (ou pas) afin de vous distancier et éviter de réagir à une « projection ». C’est son point de vue (pas le votre) et de tenter de comprendre ce que ce message implique dans notre connaissance de l’autre.

– « Ne faites aucune supposition » : on n’est jamais dans la tête ou le cœur des autres. En revanche, tant que l’on reste honnête et bienveillant, on peut poser toutes les questions, tous les problèmes, ce qui évite les malentendus ou les drames qui nous empêchent de prendre des décisions.

– « Faites toujours de votre mieux » : le mieux qui vous convient, qui vous rend heureux, instant après instant, sans jugement, sans culpabilité. Cette sensation d’accord avec soi-même.

– « Soyez sceptique, mais apprenez à écouter » : Le doute est nécessaire à l’interrogation et permet d’avancer. Savoir s’écouter, accepter ses pensées (et les avoir modifiées si elles sont empreintes de négativité), ressentir ce que telle parole ou telle remarque provoque en soi et travailler sur soi régulièrement.

L’épanouissement personnel se dessine pas à pas et pour vous y aider, il sera nécessaire de vous confronter aux autres par le biais des expériences.

« La vérité ne peut venir que de nous mêmes »

Socrate

« La réalité n’est en elle-même ni vrai, ni fausse, elle est simplement ce qu’elle est »

Concept de la vérité, philosophie

Pour aller plus loin :

Maslow, Classification des besoins humains,

Don Miguel Ruiz, Les quatre accords toltèques,

Les domaines de vie

Les objectifs SMART(E)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.